Retour

La Journée internationale de la femme 2014: L'équité salariale au Nouveau-Brunswick

2014-03-04

Comme la Journée internationale de la femme 2014 approche, la Coalition pour l'équité salariale au Nouveau-Brunswick se penche sur les résultats obtenus jusqu'à maintenant pour atteindre un salaire égal pour un travail de valeur égale au Nouveau-Brunswick. Le groupe examine également quelles sont les mesures à prendre dans les prochaines années.

 L'équité salaire sera atteinte quand les postes à prédominance féminine - tels que les postes en secrétariat, service administratif et soins à la personne - seront rémunérés de façon équitable en comparaison avec les postes à prédominance masculine chez le même employeur.

 

La Loi de 2009 sur l'équité salariale était un premier pas en avant mais peut être améliorée

Selon Vallie Stearns, la présidente de la Coalition, l’obtention d’une loi proactive sur l'équité salariale pour le secteur public était très importante pour les femmes du Nouveau-Brunswick. C'est la pierre angulaire sur laquelle le gouvernement peut s’appuyer pour développer ses prochaines démarches pour assurer l'équité salariale dans la province.

Cependant, Mme Stearns déplore les retards dans l'application de cette loi et demande que le gouvernement fournisse un rapport détaillé sur sa mise en œuvre d'ici les prochains mois.

 « Nous avons besoin d'information afin de nous aider à comprendre qu'est-ce qui se passe dans le secteur public. C'est quoi le processus ? Les programmes d'équité salariale ont été complétés pour quelles catégories d’emplois ? Pourquoi les retards ? » demande Vallie Stearns.

La Coalition planifie déjà une révision et une analyse de la Loi de 2009 sur l'équité salariale. « Il faut déterminer si cette loi permet au gouvernement d'atteindre son objectif par rapport à l'équité salariale. Nous demanderons au gouvernement de consulter les parties concernées afin de rendre la loi plus efficace », dit Mme Stearns.

 

Une loi sur l'équité salariale pour le secteur privé demeure toujours un enjeu majeur

L'équité salariale dans le secteur privé demeure un enjeu critique pour la Coalition étant donné qu'environ 67% des femmes sur le marché du travail oeuvrent actuellement dans ce secteur.

 «Nous devons obtenir une loi pour tout le secteur privé. En dépit des efforts du gouvernement, le secteur privé n’a pas implanté les mesures nécessaires et l'éducation ne semble pas suffire pour avancer dans ce secteur» affirme Vallie Stearns, s’appuyant sur les résultats du Plan d'action sur l'écart salarial 2005-2010 du gouvernement. « Une loi est la seule solution ».

 

Les services mandatés par le gouvernement: foyers de soins, agences de soutien à domicile, maisons de transition, services de garde d’enfants et résidences communautaires

Selon Mme Stearns, les femmes qui œuvrent dans le secteur privé et offrent des services mandatés par le gouvernement ont absolument besoin de meilleurs salaires. Pour 10$ à 13$ l'heure, ces femmes offrent des soins aux enfants, aux aînés et à des personnes avec des handicaps physiques et mentaux sévères, ce qui exige un niveau élevé de connaissances et des grandes responsabilités. Bien que la Coalition applaudisse l'initiative du gouvernement pour mesurer l'équité salariale dans ces postes, elle déplore les résultats. Le gouvernement a trouvé qu'un salaire équitable pour le personnel de ces secteurs était seulement 13$ à 14$ l’heure par rapport à des postes à prédominance masculine de valeur comparable. Nous refusons de croire que ces résultats sont corrects. »

De tous ces groupes, seulement les résidences communautaires attendent encore les résultats du programme en dépit de plusieurs appels faits dans le but d'accélérer le processus. Maintenant, le gouvernement promet de rendre les résultats publics avant la fin du mois de mars 2014. Ces travailleuses ont bien hâte de connaître les résultats, selon Mme Stearns.

De plus, le gouvernement a décidé d'étaler les ajustements de l'équité salariale sur cinq ans. La Coalition a appris l'an dernier que les ajustements salariaux pour les travailleuses de soutien à domicile,  au montant de 2,15$ l'heure augmentant le salaire moyen de 11$ à 13,15$ l'heure, n'a pas été distribué également sur les cinq ans et représentait moins qu'un cinquième de l'ajustement total pendant la première année. La Coalition a demandé au gouvernement de s'assurer que le plein montant de l'ajustement salarial soit compris dans le prochain budget. « Le salaire des travailleurs à domicile doit évoluer au même rythme que le coût de la vie. Pourquoi leur demander d'attendre plus longtemps ? » demande Vallie Stearns.

 

Nécessaire: une méthodologie améliorée et un nouveau programme d'équité salariale pour les services régis par le gouvernement

La Coalition exhorte le gouvernement à améliorer la méthodologie utilisée pour les services régis par le gouvernement dans le secteur privé où il n'y a pas de postes à prédominance masculine. « Il est nécessaire que les postes occupés majoritairement par des femmes soient comparés équitablement en utilisant des normes reconnues pour atteindre l'équité salaire, » affirme Stearns.

En 2012-2013, la Coalition a analysé la méthodologie d'évaluation et de comparaison de postes utilisée par le gouvernement pour ce genre de lieux de travail et a conclu que celle-ci doit être améliorée. La Coalition est prête à collaborer avec le gouvernement sur cette question et dans les plus brefs délais. Elle veut ensuite s’assurer que des programmes d'équité salariale soient développés pour tous les services régis par le gouvernement, incluant les foyers de soins spéciaux, les services d'alphabétisation et les centres ADAPF, préférablement sous l’égide d’une loi proactive qui peut être renforcée.

« L'équité salariale est un droit de la personne. Cette question devrait être une priorité pour toutes les travailleuses et les travailleurs dans des postes à prédominance féminine », dit Vallie Stearns.

 

La campagne de financement de la Coalition

La Coalition a financé son travail de revendication exclusivement par le biais de campagnes de financement depuis 4 ans. La campagne actuelle a rapporté 75 000$ jusqu’ici. Selon la présidente de la Coalition, c’est un excellent résultat pour un organisme de revendication mais pas suffisamment pour opérer à pleine capacité. La Coalition planifie donc d'autres activités de financement afin d'atteindre son objectif de 90 000$ de cette année.

 

make donations

Vous appuyez une loi sur l'équité salariale et voulez suivre ce dossier de plus près? Adhérez à notre organisme!

Notre bulletin paraît 2 à 4 fois par année. Consultez la dernière édition de ce dernier!

Archives

© 2017 Coalition pour l'équité salariale du Nouveau-Brunswick Inc.