Communiqués

Retour

Soins communautaires : La Coalition, des professeures et des travailleuses s'unissent pour de meilleurs salaires, conditions de travail

2018-05-08

Moncton La Coalition pour l'équité salariale du Nouveau-Brunswick et l'École de travail social de l'Université de Moncton ont tenu un diner causerie afin de conscientiser le public sur les bas salaires et pauvres conditions de travail dans le secteur des soins communautaires. 

Les professeures Hélène Albert et Lise Savoie de l’Université de Moncton ont présenté les résultats inédits d’une recherche qu’elles ont menée avec Isabel Lanteigne et Elda Savoie auprès de travailleuses de soutien à domicile dans le Restigouche, Kent et la Péninsule acadienne.


« On ne peut pas réfléchir au système de santé et le repenser sans reconnaitre la contribution des femmes qui œuvrent dans les soins à domicile. Cette reconnaissance doit se traduire par un salaire décent, des conditions de travail et des avantages sociaux convenables, des horaires de travail stables et réguliers, un milieu de travail sécuritaire et une reconnaissance sociale et salariale du travail du care », dit Hélène Albert, professeure de l'École de travail sociale à l'Université de Moncton.


La demande pour des soins communautaires est en pleine croissance au Nouveau-Brunswick, mais il y a peu d'investissements dans le salaire des travailleuses. Au Nouveau-Brunswick, 12 000 à 15 000 personnes, en majorité des femmes, travaillent dans le domaine de prestation de soins et des services de garde. Elles gagnent en moyenne de 12 $ à 15 $ l’heure.

« Dans certains secteurs à prédominance féminine, les femmes sont sous-payées pour leur travail, responsabilités et efforts, notamment dans le soin des plus vulnérables de notre province. Il est temps qu’on reconnaisse la valeur de leur travail », soutient Frances LeBlanc, la présidente de la Coalition pour l'équité salariale.

Deux travailleuses ont témoigné de leur expérience : Carrie Randall, d’une maison de transition et Marie-Josée LeBlanc, d’une résidence communautaire pour adolescents.

« Comme travailleuse de résidence communautaire, je travaillais deux fois plus que comme agente correctionnelle pour la moitié du salaire », affirme Marie-Josée LeBlanc, qui a travaillé temporairement dans une résidence communautaire après avoir travaillé quelques années dans une prison.

Une étude menée par l’économiste Ruth Rose avait conclu qu’en 2012, le salaire horaire du personnel de quatre services de soins communautaires du Nouveau-Brunswick aurait dû être d’environ 20 $ l’heure pour atteindre l’équité salariale. Aujourd’hui, avec l’inflation, il devrait être encore plus élevé.

« Nos ainés, enfants, et personnes ayant un handicap méritent des services de qualité lorsqu’ils en ont besoin. Les travailleuses qui procurent ces services méritent un salaire équitable pour vivre décemment », ajoute Frances LeBlanc.
 

Soins communautaires

      Services de garde à l’enfance 
     Agences de soutien à domicile
     Maisons de transition
     Résidences communautaires
     Foyers de soins spéciaux
     Centres ADAPF
     Soutien aux familles
     Foyers pour personnes atteintes de troubles de mémoire


– 30 –

Information:

Johanne Perron
Directrice générale, Coalition pour l’équité salariale du Nouveau-Brunswick
(506) 855-0002; (506) 850-6963 (c)

Hélène Albert
Professeure, École de travail social, Université de Moncton

make donations

Vous appuyez une loi sur l'équité salariale et voulez suivre ce dossier de plus près? Adhérez à notre organisme!

Notre bulletin paraît 2 à 4 fois par année. Consultez la dernière édition de ce dernier!

Archives

© 2018 Coalition pour l'équité salariale du Nouveau-Brunswick Inc.