Retour

Les partis politiques provinciaux interpelés sur l'équité salariale dans le secteur privé

2009-11-27

La Coalition pour l’équité salariale du Nouveau-Brunswick a tenu une conférence de presse le vendredi 27 novembre à Fredericton, durant laquelle elle a invité les partis politiques provinciaux à se prononcer sur la question précise de l’adoption d’une loi pour l’équité salariale dans le secteur privé. Tout en soulignant la journée de l’équité salariale qui a lieu le 29 novembre chaque année, la Coalition a présenté les engagements passés de chacun des quatre partis.

La ministre responsable de la Condition de la femme, Mary Schryer, a rappelé les actions du gouvernement libéral en matière d’équité salariale par l’entremise d’un discours lu par une fonctionnaire de la Direction des questions féminines. Elle n’a toutefois pas précisé la position du parti par rapport à une loi dans le secteur privé.
La porte-parole de l’opposition en matière de questions féminines, Margaret-Ann Blaney, a affirmé que son parti présentera sa position quant à une loi sur l’équité salariale pour le secteur privé, quand il dévoilera sa plateforme électorale. Elle a aussi rappelé que le Parti progressiste conservateur s’était engagé en 2005 à en légiférer si les mesures volontaires prévues dans le Plan d’action sur l’écart salarial 2005-2010 ne donnaient pas de « résultats démontrables. » La députée de Rothesay, a reconnu que l’écart salarial entre les hommes et les femmes ne s’améliore pas au Nouveau-Brunswick et qu’il pourrait même être en train d’augmenter.
Le membre du bureau du Nouveau parti démocratique (NPD), Julie Michaud, a expliqué que le parti appuie pleinement l’adoption d’une loi pour l’équité salariale dans le secteur privé.
« C’est inacceptable que l’équité salariale ne soit pas une obligation, pour tous et toutes », a insisté Mme Michaud.
Le nouveau Chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick, Jack MacDougall, a dit être favorable à l’équité salariale dans tous les secteurs, mais ne veut pas s’engager officiellement avant de mieux s’informer sur la question et de consulter son parti.
« Nous n’avons pas eu de positions claires de la part de tous les partis. La Coalition doit poursuivre le dialogue avec chacun d’entre eux. L’équité salariale est un droit de la personne et un droit de la personne devrait s’appliquer à tout le monde », a conclu la directrice générale de la Coalition pour l’équité salariale, Johanne Perron.
L’organisme à but non lucratif a souligné la Journée de l’équité salariale durant la conférence, qui a lieu le 29 novembre de chaque année. 67 % des femmes qui sont sur le marché du travail œuvrent dans le secteur privé. La Coalition pour l’équité salariale a institué la Journée de l’équité salariale en 2001 pour mettre l’accent sur le fait que les femmes de la province perdent l’équivalent d’un mois de salaire par an à cause de la discrimination.
-30-

make donations

Vous appuyez une loi sur l'équité salariale et voulez suivre ce dossier de plus près? Adhérez à notre organisme!

Notre bulletin paraît 2 à 4 fois par année. Consultez la dernière édition de ce dernier!

Archives

© 2017 Coalition pour l'équité salariale du Nouveau-Brunswick Inc.