Retour

La Coalition pour l'équité salariale appuie le projet de loi de Michael Ignatieff

2009-12-10

La Coalition pour l’équité salariale du Nouveau-Brunswick se joint à l’Alliance canadienne féministe pour l’action internationale et la Fondation canadienne des femmes diplômées des universités pour appuyer le projet de loi C-471 débattu hier à la chambre des communes. Le 29 octobre, le chef du Parti libéral du Canada, Michael Ignatieff, a déposé ce projet de loi privé qui ferait en sorte que l’équité salariale soit reconnue comme droit humain fondamental.

« Le projet de loi est un bon exemple pour le Nouveau-Brunswick, car le Canada a déjà signé des traités internationaux qui reconnaissent l’équité salariale comme étant un droit humain. Le projet C-471 se conforme, entre autres, aux obligations canadiennes par rapport à la Convention sur l’élimination de toutes les formes d’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, de l’ONU », affirme la présidente de la Coalition, Marilyn MacCormack.
 
Le projet de loi C-471 abrogerait les mesures de la Loi sur l'équité dans la rémunération du secteur public. Cette dernière avait soulevé des protestations à travers le pays lors de son adoption au début de l’année 2009, parce qu’elle soumet l’équité salariale à la négociation collective et au marché. De plus, elle impose des amendes pouvant atteindre 50 000 $ aux syndicats qui encourageraient une ou un de ses membres à déposer une plainte en matière d’iniquité salariale. Le projet de loi d’Ignatieff forcerait le gouvernement fédéral à adopter un système proactif, qui inclurait l’intégralité des recommandations faites par le Groupe de travail sur l’équité salariale de 2004.
 
« La Coalition pour l’équité salariale appuie le projet de loi C-471, car la loi actuelle met les travailleuses et travailleurs du secteur public fédéral dans la position inacceptable de négocier leurs droits. Le gouvernement libéral du Nouveau-Brunswick devrait suivre cet exemple et continuer le travail qu’il a amorcé dans le secteur public et adopter une loi sur l’équité salariale pour le secteur privé », dit la directrice générale de l’organisme à but non-lucratif, Johanne Perron.
 
La journée même du débat à la chambre des communes, la Coalition participait à une table ronde sur l’équité salariale comme droit humain, organisée par la Commission des droits de la personne du Nouveau-Brunswick. Les personnes qui travaillent dans des métiers traditionnellement féminins ou majoritairement occupés par des femmes sont encore souvent sous-payées et sous-valorisés dans le secteur privé au Nouveau-Brunswick.
 
Le pouvoir de légiférer pour assurer les droits des travailleuses et travailleurs dans les domaines tels que la fonction publique fédérale, les banques, le transport interprovincial et les télécommunications relève du gouvernement fédéral. Les autres domaines d’emplois sont sous juridiction provinciale.
 
-30-

Regardez Ignatieff lancer le débat sur l'équité salariale à la Chambre des communes: http://www.liberal.ca/fr/newsroom/liberal-tv/category/E244544FDA933B1C_caucus-liberal/YNvDEEIUwzQ~m-ignatieff-pay-equitylequite-salariale

make donations

Vous appuyez une loi sur l'équité salariale et voulez suivre ce dossier de plus près? Adhérez à notre organisme!

Notre bulletin paraît 2 à 4 fois par année. Consultez la dernière édition de ce dernier!

Archives

© 2017 Coalition pour l'équité salariale du Nouveau-Brunswick Inc.