Retour

Journée de la femme : Communauté et chefs politiques rassemblés autour des priorités des femmes

2010-03-08

C’est autour de quatre sujets qui affectent l’égalité des femmes que se sont rassemblés 150 citoyen(ne)s et les chefs de partis politiques provinciaux, David Alward (progressiste conservateur), Jack MacDougall (vert), Roger Duguay (néodémocrate) ainsi que le ministre du Développement social Kelly Lamrock (libéral), lundi à Moncton. Les groupes organisateurs de la table ronde, Priorités des femmes : les partis politiques en discutent, se réjouissent que les sujets de l’équité salariale, des services de garde à l’enfance, l’analyse inclusive selon le genre et la pauvreté aient retenu autant d’attention de la part de la population et aient été traitées avec sérieux par les politiciens. Par contre, la Coalition pour l’équité salariale du Nouveau-Brunswick, le Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick (RFNB), la Coalition pour des services de garde à l’enfance au Nouveau-Brunswick et le Front commun pour la justice sociale (FCJS), attendent encore des engagements fermes des politiciens relativement à certaines questions.
 
Selon la Coalition des services de garde à l’enfance du Nouveau-Brunswick, les représentants des partis politiques semblent avoir compris l’importance d’investir dans les services de garde à l’enfance. Par contre, aucun des partis n’a dévoilé comment il bâtira un réseau de services de qualité qui sont abordables et accessibles.
« Si les partis politiques veulent vraiment obtenir des résultats pour nos enfants et leur famille, ils doivent s’engager à créer un système qui est financé publiquement et qui ne dépend pas des frais payés par les parents pour survivre. C`est ce que font les endroits qui ont de bons résultats», explique la directrice générale de la Coalition des services de garde à l’enfance, Jody Dallaire.
Actuellement, moins de 20% des enfants âgés de 0-12 ans ont accès à un service de garderie règlementé et les frais moyens payés par les parents demeurent élevés, entre 500 $ et 600 $ par mois pour un service à temps plein. 
 
Le FCJS cherchait un engagement des chefs pour réduire la pauvreté. Le ministre Lamrock a souligné qu'en augmentant les prestations des assistés sociaux de la catégorie «employables», de 294 $ par mois à 537 $, son gouvernement leur a accordé une hausse de 80 %. En réalité, ce groupe ne représente qu'environ 1 200 personnes. Les autres assistés sociaux, soit plus de 37 000, devront attendre un an et demi à deux ans avant de toucher une augmentation qui pourrait être de l'ordre de 20 %. Selon David Alward, chaque Néobrunswickois(e) devrait pouvoir vivre dans la dignité. Il ne précise pourtant pas comment son parti compte réaliser cela. Jack MacDougall déplore que la pauvreté n’ait pas diminué depuis les 20 dernières années, particulièrement chez des étudiants, qui sont endettés. Roger Duguay, tout comme le FCJS, constate que les partis traditionnels favorisent les biens nantis et négligent les plus pauvres et qu'une législation avec des dents changerait cette tendance.
Le RFNB reste sur sa faim, car aucun des partis n’a pris l’engagement d’utiliser l’analyse inclusive selon le genre dans le processus budgétaire. L’analyse inclusive selon le genre permet d’assurer que les budgets ont un impact équitable sur les femmes et les hommes en fournissant un outil pour analyser leurs différents besoins et conditions de vie et en basant les décisions budgétaires sur celle-ci.
« D’après les commentaires des représentants, nous jugeons que le NPD et le Parti libéral reconnaissent que l’analyse inclusive selon le genre a de l’importance. Nous avons tout de même été déçues que le Parti progressiste-conservateur et le Parti vert aient choisi de ne pas commenter directement la question », a fait valoir la présidente du RFNB, Estelle Lanteigne.
Pour la Coalition pour l’équité salariale, qui travaille pour l’obtention d’une loi sur l’équité salariale pour le secteur privé le bilan est plutôt positif.
« Trois des partis se sont engagés à adopter une loi sur l’équité salariale dans le secteur privé. Seul le Parti progressiste conservateur parle encore de mesures volontaires. Pourtant, les droits de la personne doivent s’appliquer à tout le monde et une loi est un outil essentiel pour y arriver. Nous évaluerons le programme électoral de chacun des quatre partis en espérant y trouver une promesse de légiférer dans le secteur privé », souligne la directrice générale de la Coalition, Johanne Perron.
La Coalition pour l’équité salariale du Nouveau-Brunswick, le Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick (RFNB), la Coalition pour des services de garde à l’enfance au Nouveau-Brunswick et le Front commun pour la justice sociale (FCJS) promettent de continuer le dialogue avec les partis politiques et leurs efforts pour garder les priorités des femmes à
 L’agenda politique.
 
Priorités des femmes : les partis politiques en discutent a été organisé avec la collaboration du Conseil consultatif sur la condition de la femme et du Conseil du travail de Moncton et région.

 

make donations

Vous appuyez une loi sur l'équité salariale et voulez suivre ce dossier de plus près? Adhérez à notre organisme!

Notre bulletin paraît 2 à 4 fois par année. Consultez la dernière édition de ce dernier!

Archives

© 2017 Coalition pour l'équité salariale du Nouveau-Brunswick Inc.