Retour

Soulignant l'obtention du droit de vote provincial des femmes en avril 1919 et la perte de leur voix indépendante en avril 2011

2011-04-15

Soulignant l’obtention du droit de vote provincial des femmes en avril 1919 et la perte de leur voix indépendante en avril 2011

Moncton – Dans l’esprit de l’organisation et de l’agitation, des activistes se sont rassemblés pour souligner l’obtention du droit de vote provincial des femmes et la perte du Conseil consultatif sur la condition de la femme au Nouveau-Brunswick. Dans le but de marquer les deux événements historiques, une actrice jouant le rôle de Mabel French, la première femme avocate au Nouveau-Brunswick ainsi que suffragette, réagit aux nouvelles de la perte du conseil consultatif.
 
« Les femmes de cette province sont continuellement sous-représentées à tous les niveaux de l’assemblée politique, pourtant, le gouvernement du Nouveau-Brunswick a jugé opportun, sans avoir recours à de consultation, d’éradiquer le conseil consultatif, un conseil si inconcevablement petit et abordable soit-il, qui a agit à titre de voix indépendante de la femme auprès du gouvernement, tout en déclarant que cette même ministre qui appuie l’abolition du conseil représentera dorénavant vos préoccupations? », de dire Beth Lyons, activiste et actrice jouant le rôle de Mabel French.
Dimanche prochain soulignera le 92e anniversaire du droit de vote provincial obtenu par la majorité des femmes du NouveauBrunswick. La loi fut adoptée par le Parlement le 15 avril 1919 et fut sanctionnée le 17 avril 1919. Le mois d’avril souligne également un autre tournant historique pour le mouvement des femmes au Nouveau-Brunswick. Le 1er avril 2011, le Conseil consultatif sur la condition de la femme au NouveauBrunswick a perdu son financement public et a cessé ses opérations.
 
« Le gouvernement du Nouveau-Brunswick a tout simplement aboli le conseil consultatif. D’ailleurs, il a déclaré que c’était comme le droit de vote des femmes : une décision choquante au début, une décision qui serait contestée, mais ultimement, une décision qui se révélera être la bonne. Quelle honteuse comparaison. », avance Odette Robichaud, vice-présidente responsable de la condition féminine du SCFP N.-B., lors de la cérémonie commémorative.
Le 22 mars, le gouvernement provincial a annoncé qu’il supprimerait le financement attribué au Conseil consultatif sur la condition de la femme au Nouveau-Brunswick. Depuis l’annonce, 59 sociétés civiles et organisations syndicales ont signé une déclaration conjointe exigeant le premier ministre de renverser cette décision. Le 12 avril 2011, une copie de la liste des signataires fut envoyée au premier ministre Alward ainsi qu’à la ministre Margaret-Ann Blaney.
 
Une vague de soutien pour les activités du Conseil consultatif sur la condition de la femme au Nouveau-Brunswick continue à se mobiliser. Une pétition, une stratégie semblable de pression politique employée par les suffragettes, fut circulée lors de la cérémonie. La mobilisation se poursuivra jusqu’à ce que le gouvernement renverse sa décision.
 
-30-

 

make donations

Vous appuyez une loi sur l'équité salariale et voulez suivre ce dossier de plus près? Adhérez à notre organisme!

Notre bulletin paraît 2 à 4 fois par année. Consultez la dernière édition de ce dernier!

Archives

© 2017 Coalition pour l'équité salariale du Nouveau-Brunswick Inc.