Retour

L'équité salariale...ça commence avec toi!

2012-11-27

Voici un article qui ne devrait pas avoir besoin d'être écrit, au sujet d'une campagne de financement qui ne devrait pas avoir besoin d'être organisée.

La question d’équité salariale – même salaire pour un travail de la même valeur, peu importe si cet emploi est surtout occupé par des hommes ou des femmes – aurait dû être réglée il y a plusieurs décennies, au même moment où les femmes ont été reconnues comme personnes devant la loi et ont obtenu le droit à la propriété et le droit de vote comme citoyennes canadiennes.  Cependant, la triste vérité est que la majorité des femmes qui travaillent au Nouveau-Brunswick gagnent un salaire considérablement moins élevé que les hommes qui font un travail peut-être différent, mais de même valeur.

Rappelons quelques statistiques :

  • Au Nouveau-Brunswick, les femmes représentent 64 % des travailleurs à salaire minimum.
  • 82 % des ménages monoparentaux sont dirigés par des femmes.
  •  En 2011, les femmes gagnaient 88 % (en moyenne) de ce que gagnaient les hommes : une différence de 2,43 $ de l’heure.

Même si on reconnait que des aspects de la vie des femmes se sont améliorés au cours des dernières années, il reste encore beaucoup à faire sur le plan salarial.  En effet, c’est en 1998 que la Coalition pour l’équité salariale du Nouveau-Brunswick a été fondée pour revendiquer une loi sur l’équité salariale. Celle-ci visait spécifiquement les emplois traditionnellement et principalement occupés par les femmes dans les secteurs public et privé.  L’organisme compte aujourd’hui plus de 700 membres individuels et 80 groupes membres.  Grâce à ses revendications,  elle a obtenu l’adoption d’une loi sur l’équité salariale au Nouveau-Brunswick qui a été mise en vigueur le 1er avril 2010. Cette loi assure l’équité salariale pour l’ensemble de la fonction publique. Par contre, la loi ne protège pas les nombreuses Néo-Brunswickoises qui travaillent dans le secteur privé (entreprises,  établissements ou ordres professionnels.

Il y a trois ans, la Coalition  a subi un important recul alors qu’elle était en pleine période de progrès. Le gouvernement Harper l’a inclus dans les 35 organismes de défense des femmes de Condition féminine Canada à perdre leur financement fédéral. Par conséquent, la Coalition n’a pas d’autre choix que de demander l’appui généreux de gens et d’entreprises afin de financer sa lutte incessante pour le droit humain fondamental à l’équité salariale pour toutes les femmes du Nouveau-Brunswick.

L’équité salariale est pourtant un droit humain fondamental. Le principe de la non-discrimination salariale est bien établi dans le droit international en matière de droits de la personne et clairement inscrit dans plusieurs instruments relatifs aux droits de l'homme ratifiés par le Canada. À vrai dire, depuis 1977, l'article 11 de la Loi canadienne sur les droits de la personne indique que : « Constitue un acte discriminatoire le fait pour l'employeur d'instaurer ou de pratiquer la disparité salariale entre les hommes et les femmes qui exécutent, dans le même établissement, des fonctions équivalentes ». Il est tout simplement injuste de ne pas offrir l’équité salariale.

En poursuivant cette injustice faite aux femmes ,  nous privons notre société et notre économie d’avantages sociaux et économiques importants. En voici seulement trois exemples :

  • L’équité salariale (donc un meilleur salaire) améliore l’indépendance économique des femmes, ce qui leur permet de quitter leurs logements insalubres et les rend moins vulnérables à la violence et à l’exploitation.
  • Un meilleur salaire pour les mères qui travaillent améliore leur capacité d’offrir une alimentation saine et des soins de garde de qualité à leurs enfants. Cela accroît également les chances que ces enfants deviennent des citoyens en santé et productifs.
  • Un meilleur salaire pendant la vie de travail d’une femme entraîne une prestation de retraite plus élevée, ce qui en échange diminue la pauvreté et la dépendance à l’aide sociale lors de la retraite.

En somme, la Coalition pour l’équité salariale fait une différence pour la société, car elle travaille inlassablement pour obtenir une meilleure justice sociale pour les femmes et leurs familles. L'atteinte de l’équité salariale mènera donc à une meilleure qualité de vie pour les travailleuses notamment, les plus vulnérables, afin d'améliorer leurs conditions économiques et sociales dans lesquelles elles vivent.

L’objectif de financement de la Coalition pour la campagne actuelle est de 75 000 $. Plus des deux tiers (50 000 $) ont déjà été amassés, mais nous avons encore besoin de généreux soutien pour dépasser ce montant. C'est une bonne cause, et surtout, c’est une question de justice.

 

Jeanne d’Arc Gaudet et David Hawkins sont les coprésidents de la campagne de financement de la Coalition pour l’équité salariale. Pour obtenir plus de renseignements sur la campagne ou sur la façon de faire des dons, veuillez visiter le site Web de la Coalition à l’adresse suivante : http://www.equite-equity.com/collecte_fond.cfm.  

make donations

Vous appuyez une loi sur l'équité salariale et voulez suivre ce dossier de plus près? Adhérez à notre organisme!

Notre bulletin paraît 2 à 4 fois par année. Consultez la dernière édition de ce dernier!

Archives

© 2017 Coalition pour l'équité salariale du Nouveau-Brunswick Inc.