Aller au contenu principal

Le secteur des soins communautaires au Nouveau-Brunswick

Nous appelons « soins communautaires » les services gérés par des organisations sans but lucratif ou des entreprises privées, mais mandatés par le gouvernement provincial. Le secteur compte de 12 000 à 15 000 personnes d’un peu partout dans la province, et la grande majorité sont des femmes. Elles travaillent dans les:

  • agences d’activités de développement des adultes, programmes et formation (ADAPF);
  • résidences communautaires;
  • agences de services de soutien à domicile;
  • foyers de soins spéciaux;
  • agences de services de soutien à la famille;
  • maisons de transition pour les femmes victimes de violence conjugale.

Ces services s’ajoutent aux services gouvernementaux pour aider les familles de la province. Les salaires sont extrêmement bas compte tenu des compétences, des qualifications, des responsabilités, de l’effort et des conditions de travail qu’exigent ces emplois, soit de 14 à 16 $ l’heure dans la plupart des cas.

« [L]es femmes qui travaillent dans des milieux sans comparateurs masculins risquent de subir plus durement les effets de l’iniquité salariale précisément en raison de l’absence d’hommes dans leur milieu de travail […]. »

— La Cour suprême du Canada, Centrale des syndicats du Québec c. Québec (Procureure générale) 2018 CSC 18, par. 3, 29, 34

De de 2008 à 2014, le gouvernement a mené des projets pilotes d’équité salariale dans quatre services (soutien à domicile, garde d’enfants, résidences communautaires et maisons de transition), mais les résultats ont été très décevants. La Coalition et l’économiste Ruth Rose ont montré que la méthode qu’a utilisée le gouvernement était erronée.

Pour s’assurer que les travailleuses reçoivent un salaire juste et de meilleures conditions de travail, il faut:

  • faire adopter une loi visant le secteur privé qui comprend des méthodes de comparaison d’emplois pour évaluer l’équité salariale lorsqu’il n’existe aucun emploi à prédominance masculine dans ces milieux de travail;
  • investir des fonds publics pour augmenter les salaires.

« Ce domaine va rester un domaine à prédominance féminine parce que les salaires sont bas. Il n’y a pas un homme qui travaillerait pour ces salaires-là. »

— Travailleuse dans un foyer de soins spéciaux

La Coalition fait avancer la cause de l’équité salariale dans le secteur par l’entremise de son projet de trois ans sur La valorisation du travail des préposées aux soins.  Le projet vise à:

  • Évaluer les salaires équitables dans le secteur en appliquant une meilleure méthode;
  • Sensibiliser la population à la valeur de ces services;
  • Revendiquer l’équité salariale en s’appuyant sur les résultats des évaluations d’emploi.